• Vira HENG

De wonder woman du quotidien à entrepreneure, il n'y a qu'un pas !

Mis à jour : 20 mai 2019

« Les petites filles qui ont des rêves deviennent des femmes avec une vision. » Anonyme



Seulement 40% des entrepreneurs en France sont des femmes aujourd'hui... Le chiffre augmente progressivement, mais il y a encore du chemin à parcourir pour que la parité soit totale. Les femmes qui entreprennent sont plus freinées dans leurs demandes de crédit aux banques que les hommes, elles en obtiennent deux fois moins qu'eux.

Entrepreneuse ou entrepreneure ?

Comment appelle-t-on une femme qui lance son entreprise ? Une entrepreneure ou une entrepreneuse ? Se pose ici la première difficulté : le doute sur la façon de qualifier ce statut, comme s'il ne coulait pas de source, comme s’il fallait justifier sa raison d’être… Les deux co-existent, pourtant le mot « entrepreneuse » existe depuis longtemps : Zola l’évoquait déjà dans ses romans et le Larousse le légitime, mais il n’a pas réussi à s’imposer réellement. Est-ce par manque de représentation du nombre de ces « entrepreneuses » que le souvenir-même de cette dénomination s'est perdu ? Pour ma part, je choisis de privilégier le mot « entrepreneure » qui comporte pour moi une dimension plus neutre et moins accentuée du côté « entreprenant » qui peut être perçu comme dérangeant.


Ces freins qui bloquent l'ascension des entrepreneures

Une fois ce constat sémantique dépassé, quels freins empêchent une femme de se lancer dans l'entrepreneuriat ? Il existe de nombreuses idées reçues, transmises au fil de nos apprentissages, de notre influence culturelle qui amènent la future entrepreneure à se poser certaines questions :

- Vais-je être à la hauteur ? Suis-je légitime ?

- Comment vais-je parvenir à concilier ma vie professionnelle et ma vie personnelle ?

- Vais-je oser me lancer dans une aventure entrepreneuriale, malgré l'instabilité ? - Et si j'échoue, que va-t-il se passer ?


D'après l'Observatoire BNP Paribas de l'Entrepreneuriat au féminin qui a effectué une étude auprès de ces femmes entrepreneures :

- le premier frein serait financier, puisque plus d'un tiers des femmes entrepreneures (37 %) ont la crainte de ne pas se rémunérer suffisamment,

- vient ensuite la peur de l'échec de leur projet entrepreneurial pour 30% d'entre elles,

- alors que pour 16% des entrepreneures, c'est la crainte de l'inconnu, le manque de confiance en soi, ainsi que le manque de formation qui les retiennent.


Capitaliser sur la wonder woman qui est en chaque femme

Ces questionnements sont certes légitimes, mais ne sont pas liés au sexe de l'entrepreneur(e). Une femme n’est pas moins capable qu’un homme en matière d'entrepreneuriat, elle a souvent plus de freins que lui, parce que culturellement, on lui a inculqué que les hommes osaient plus, que les femmes devaient se ranger à une profession salariée stable pour pouvoir mieux la concilier avec leur vie de famille. Ce n'est qu'une histoire de perception : une femme a parfois "juste" besoin d’être confortée et encouragée dans l’idée qu’elle peut y arriver largement aussi brillamment qu'un homme. De l'intérêt d'être bien entourée par des personnes positives qui vont soutenir, plutôt que critiquer...

Vous connaissez sans doute des wonder women du quotidien, au travail, à la maison : elles ont une vie sociale bien remplie et ont développé toutes les aptitudes imaginables pour gérer les multiples sphères de leur vie. Pourtant, au moment d'entreprendre, c'est comme si toutes ses capacités s'envolaient en fumée, que ces femmes perdaient confiance et se sentaient paralysées par une peur panique qui les rendaient incapables de se lancer dans un tel projet.

De belles initiatives pour valoriser l'entrepreneuriat au féminin Heureusement, de nombreuses initiatives de la part d'associations et d'entreprises, voient le jour pour aider ces femmes à oser entreprendre. Une sensibilisation des jeunes a donné lieu à la création de La semaine de l'entrepreneuriat au féminin par l'association « 100 000 entrepreneurs »... Engie, BNP Paribas, Contrex encouragent les porteuses de projets et financent des programmes d'accompagnement. De leur côté, Facebook, avec Social builder, ont créé le programme #Shemeansbusiness en mettant en place des bootcamps pour aider les femmes à développer leurs compétences en leadership, en entrepreneuriat, et en digital, tout en proposant à ces femmes de devenir des ambassadrices de ce programme. Des réseaux de networking sur l'entrepreneuriat au féminin fleurissent également à travers la France, à l'image d'associations comme Les premières ou Femmes entrepreneures.


Le coaching, une aide personnalisée pour lever les freins

En parallèle de ces actions globales, un accompagnement plus personnalisé peut aussi permettre de s'attaquer à tous ces freins paralysants. Faire appel à un coach peut ainsi aider ces femmes à travailler leurs peurs profondément ancrées. Permettre à chacune de recapitaliser sur les ressources précieuses dont elle dispose pour affronter le quotidien et la vie, ainsi que sur ce qui fait sa différence, afin de remettre en lumière son potentiel unique qu'elle pourra alors mobiliser pour son projet entrepreneurial. L'objectif pourra être de redonner sa place à cette wonder woman du quotidien et lui donner toutes les clés pour se lancer sereinement en tant qu'entrepreneure. Dans un second temps, le travail du coach pourra aussi consister à accompagner l'entrepreneure, une fois son projet lancé, pour l'aider à affronter les doutes, les questionnements, les désillusions, les échecs qui peuvent aussi jalonner son chemin.

L'optimisme est donc de rigueur puisqu'à force de faire des petits pas, un jour enfin, l'heure de la parité sonnera !


Merci à toutes ces femmes inspirantes...

Je ne pouvais pas terminer cet article sans témoigner mon admiration à l'égard de toutes ces femmes inspirantes qui ont ouvert la voie, celles qui nous montrent chaque jour qu’impossible n’est pas féminin, qu'avec du courage, de la confiance et de la détermination, la foi finit par déplacer les montagnes. Ces femmes sont nombreuses, mais je n'en citerai que quelques-unes : Simone de Beauvoir, Malala, Sheryl Sandberg, Marie Curie, Simone Veil, Mercedes Erra, Oprah Winfrey...

Pour que plus jamais les femmes n'aient à s'excuser d'être entrepreneures, mais qu'elles puissent clamer haut et fort : « Quel bonheur, quelle fierté d'être entrepreneure ! »...

C'est d'ailleurs le message que je souhaite transmettre à ma fille Romy, qui m'a fait ce joli dessin pour illustrer cet article, et que je remercie de tout mon coeur...

126 vues